8 août 2017

Beaux rivages ~ Nina Bouraoui

Titre : Beaux Rivages
Auteur : Nina Bouraoui
Edition : Le livre de poche
Genre : Drame
Nombre de pages : 224
Prix : 7,10€







Résumé :
"C’est une histoire simple, universelle. Après huit ans d’amour, Adrian quitte A. pour une autre femme : Beaux rivages est la radiographie de cette séparation.
Quels que soient notre âge, notre sexe, notre origine sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d’amour.
Les larmes rassemblent davantage que les baisers.
J’ai écrit Beaux rivages pour tous les quittés du monde. Pour ceux qui ont perdu la foi en perdant leur bonheur. Pour ceux qui pensent qu’ils ne sauront plus vivre sans l’autre et qu’ils ne sauront plus aimer. Pour comprendre pourquoi une rupture nous laisse si désarmés. Et pour rappeler que l’amour triomphera toujours. En cela, c’est un roman de résistance."

Avis :
Waouh. Ce roman est une vraie claque, aussi percutante que douloureuse. Nous rentrons d'emblée dans l'histoire de l'héroïne, nous comprenons sa souffrance dès les premières lignes et nous avons l'impression de subir sa peine dès le livre ouvert. C'est un roman qui fait mal, qui ne peut pas laisser indifférent.
On s'identifie dès le début à l'héroïne, peu importe notre âge ou notre histoire. La sienne raisonne en chaque être humain, avec les variations de la vie, mais toujours avec le même épicentre : la douleur. On se met à sa place, on n'éprouve pas de pitié pour elle parce qu'on a l'impression d'être elle. On sait que rien ni personne ne pourra changer cette impression d'abandon, d'injustice. Elle accepte son sort et sait qu'elle devra vivre avec, survivre.
C'est un roman très éprouvant à lire puisqu'il traite de la peur de l'abandon que tous les êtres humains ressentent. Sa souffrance fait écho à la nôtre, ou à notre peur de la vivre, et chaque mot est comme un poignard qui s'enfonce encore plus dans notre cœur.
Je ne pense pas que ce roman puisse réconforter les personnes qui vivent une situation semblable. Je ne pense pas que c'est son rôle. J'ai plus eu l'impression que l'auteure (si c'est une autobiographie) avait besoin d'écrire ce roman, parce que c'est sous la plume de la tristesse et du désespoir que naissent les plus belles phrases.
Même si la fin m'a laissé un peu pantoise, cela n'a pas pour autant gâché ma lecture. L'auteure nous embarque dans son histoire, elle nous raconte tout par bribes et nous lâche à la fin, quand elle ne peut plus rien dire d'autre. Elle nous abandonne sans repères mais sans non plus la prétention de nous offrir une solution-miracle aux chagrins d'amour. Elle nous a offert son histoire et sa souffrance et c'est à nous de décider ce que l'on veut en faire.

Citation :
"Je ne pourrais vivre sans Adrian, sans l'idée d'Adrian, en dépit de mes efforts ; je le porterais, je le savais, comme une plaie sous mes vêtements."

Note :
10/10
COUP DE ♥